Les successeurs en France

Ci-dessous une  présentation   de certains experts fédéraux représentant le Shotokaï en France.

Cette présentation n'est pas exaustive, mais elle ne concerne que des experts avec lesquels

j'ai effectués des stages. 

(classement  par ordre alphabèthique)

Sensei Yves Ayache    

5ème dan

Son style  se rapproche des senseis  Herbert et decarvalhos,

avec un travail très bas,  souple et des techniques profonde.

Son livre est une bonne approche sur le shotokai. 

 

Seinsei Gérard Beaunes 

5ème Dan

C'est celui dont le style est peut être le plus proche du nôtre. Il recherche la puissance et la percussion

 dans ses techniques. Les déplacements sont plus courts, moins fluides que ceux des autres seinseis.

 

Seinsei Luis De Decarvalho

4ème Dan

Son style est beaucoup plus fluide que seinsei Beaunes. 

Sa technique est  structuré et non dansante. On reconnaît le shotokaï à travers son style.

Seinsei Patrick Herbert

5ème Dan

Un des styles peut être le plus fluide et cherchant le relâchement maximum.

Avec un axe très ouvert dans ses techniques et une amplification maximum

des mouvements sa recherche le pousse vers une exploration de l’énergie interne.

  

Seinsei Prince Adam

5ème Dan

Avec le Seinsei Prince Adam nous approchons de la self défense avec

une recherche sur la neutralisation du partenaire par une amenée au sol.

Un travail moins fluide que les seinseis Herbert et Luis DeCarvalho.

Sensei Rabah Louali.

5ème Dan

Sa recherche est à plusieurs niveaux :

 Téchnique,  recherchant l’efficacité des techniques dans la précision ainsi que dans la vitesse.

Philosophique, en valorisant le respect de l'autre et de soi ainsi que l'armonie du corps et de l’esprit.

La Méditation, en perfectionnant la respiration et la concentration par le zen.

L'energie, Travaillant la respiration.

 D’un style moins fluide que les trois derniers, son travail se rapproche plus du seinsei  Beaunes.

 

Sensei A. Schneider.

 

 6ème Dan

Shotokai traditionnel, avec un style alliant la fluidité "sans excès" tout en restant dans l'efficacité.

Maitre A. Schneider valorise le déplacement et l'esquive. Pour lui le shotokaï  doit rester une forme de combat et non évoluer pour une expression esthétique.

 

5 votes. Moyenne 2.20 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×